Un week-end dans la cité des Doges

C’est à l’occasion d’un week-end organisé entre le 1 et le 4 mai, que l’Association EKPHRASIS et ses membres ont quitté pendant quelques jours leurs livres d’histoire de l’art, pour aller se perdre dans les ruelles de Venise.

Le groupe des voyageurs d’Ekphrasis, mai 2014, Place St Marc (Venise)

Le groupe des voyageurs d’Ekphrasis, mai 2014, Place St Marc (Venise)

 

Après une demi-journée de train, nous avons été réveillés par le soleil vénitien lors de notre arrivée dans la lagune. Ni une ni deux, nous nous sommes empressés de monter dans un vaporeto (bus bateau) pour nous diriger vers nos appartements, au centre de l’île.

Ce voyage a été une véritable expédition où professeurs, assistants et élèves ont ensuite affronté le vent et la pluie afin d’apprécier, ensemble, une mise en pratique des notions étudiées durant leurs années à l’Université de Genève. Que ne ferait-on pas pour assouvir notre soif culturelle ?

Ce fut surtout une réelle opportunité pour les étudiants de voir des œuvres incontournables et de mesurer la grandeur de certaines d’entre elles. Tel a été le cas du plafond en trompe-l’œil réalisé par Antonio Fumiani, dans l’église San Pantaleone, située dans le quartier du Dorsoduro. Mais pourquoi cette œuvre en particulier me demanderiez-vous ? Tout simplement, car il s’agit du plus grand tableau que nous n’avions jamais vu. Il recouvre en effet la totalité du plafond de l’église et donne une dimension supplémentaire au lieu.

Fort heureusement, l’organisation en groupe, mais aussi le fait d’avoir réservé les accès a permis de parvenir plus facilement et surtout, plus rapidement, à de nombreux lieux dans tout Venise (Palais des Doges, Basilique Saint Marc, l’Académie…).

Lors du deuxième jour, deux circuits ont été proposés aux participants selon leurs affinités artistiques. L’un axé davantage vers la période contemporaine (Punta Della Dogana, Collection Peggy Guggenheim), et l’autre vers la période moderne (église Santa Maria Della Salute). Ce fut une occasion pour chacun de parler devant les œuvres et ainsi lier la théorie à la pratique, dans la joie et la bonne humeur.

Ce voyage a été organisé par deux membres du comité de l’association (Lorraine Fasler, Neyla Fourticq), avec le soutien du Département d’Histoire de l’Art et de la Commission de Gestion des Taxes Fixes (CGTF). Mais surtout avec le soutien des professeurs et assistants qui ont bien voulu se joindre à l’aventure.

Dans l’objectif d’une prochaine réédition ?

Publicités

Poster un commentaire

31 juillet 2014 · 11:53

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s